Transdialectique

Rosa Jena

Une sociologue pour qui l’histoire sociale se présente comme le terreau d’une nécessité contemporaine : non celle de la transformation du monde, mais celle de la réinterprétation du monde en vue d’une potentielle transformation de celui-ci.

rosajena [arobase] transdialectique [point] org

Textes :

Praxis critique ontologique IX *

« Neuvième thèse. La finitude de toute chose se subsume à l’infinitude des interactions de toute chose avec toute chose : le matérialisme conçoit le réel comme l’infinitude de sa finitude, comme la contingence des prolongations de la matière, par la matière, dans la matière. »
@Métamarx

Praxis critique ontologique VIII *

« Huitième thèse. Le mystère s’oppose au mystère, comme la raison s’oppose à l’irraison. Doivent être distinguées les nuances qui ornent le réel se refermant sur lui-même, s’éloignant de notre œil animal si peu enclin à observer sous les apparences. »
@Métamarx

Praxis critique ontologique VII *

« Septième thèse. La chose religieuse est une production sociale qui sert à imposer une tyrannie sur le corps. La religion doit être rapportée à cette idée matérielle de chose afin d’extraire de sa force sémantique l’éther asphyxiant de l’immanence, et afin d’y percevoir une mécanique matérielle issue des structures géographiques, biologiques et historiques qui conditionnent une société — mécanique n’ayant pour but que de marquer une influence directrice sur ces structures génératrices. »
@Métamarx

Praxis critique ontologique VI *

« Sixième thèse. Toute essence est une construction sociale de l’étant. Il n’existe pas une essence des choses, il existe une existence des choses, qui se module par ses interactions avec d’autres existences agitant le réel. »
@Métamarx

Praxis critique ontologique V *

« Cinquième thèse. Contre l’abstrait la pensée doit se déployer, mais elle doit se déployer contre toute abstraction, y compris celle qui s’empare du sensible pour en faire une catégorie idéelle de plus. »
@Métamarx

Praxis critique ontologique IV *

« Quatrième thèse. La critique commande à sa propre révolution si elle souhaite demeurer un discernement des mouvements à venir de l’être. Le renversement de la critique ne doit pas se contenter d’un simple exercice de parallaxe par rapport à l’idéologie empreignant les mécaniques perceptives du réel. »
@Métamarx

Praxis critique ontologique III *

« Troisième thèse. Les humains ne sont pas les produits des circonstances, ils ne sont pas même de quelconques produits, les humains sont des producteurs d’humains. Cette légère parallaxe au sein de la causalité qui engendre les structures sociales révèle le cadre idéologique qui empêche l’autonomie de la multitude, en lui laissant croire que les circonstances de son histoire sont déterminées systémiquement et de façon indépendante de sa volonté. »
@Métamarx

Praxis critique ontologique II *

« Deuxième thèse. Le phénomène politique de révolution est une conséquence de la transformation des fondements ontologiques d’une société. Les révolutions de la fin du XVIIIe siècle n’ont été possibles qu’à travers l’institution de l’individu en tant que granularité ontologique du phénomène social. »
@Métamarx

Praxis critique ontologique I *

« Variations subjectives. Première thèse. La praxis a la puissance démocratique du renversement. Son affirmation, par rapport à une quelconque noblesse des comportements théorique ou créateur, reste d’une nécessité actuelle. Il y a dans les prémices de la volonté matérialiste historique de Marx un outil qui s’impose si l’on souhaite, encore aujourd’hui, déconstruire l’idéologie. »
@Métamarx