Transdialectique

#ontologie

Praxis critique ontologique XI *

« Onzième thèse. Le monde n’est plus ni à interpréter ni à transformer, il est, dans un seul et même mouvement de révolution, à réinterpréter et à retransformer. Pour souligner l’identité de la réinterprétation et de la retransformation, il importe de rapprocher cette jonction des pratiques en une praxis du soulèvement, tout en écartant l’évidence sémantique de la passivité interprétative et de l’activité transformatrice. »
@Métamarx

Praxis critique ontologique X *

« Dixième thèse. La société bourgeoise est la société qui évolue en son immobilité. Elle est la structure sociale qui tient ensemble par un entrelacs d’intérêts égoïstes des individus mus par une même tension, le plus souvent inconsciente, d’accaparement de la réalité dans laquelle ils évoluent. »
@Métamarx

Praxis critique ontologique IX *

« Neuvième thèse. La finitude de toute chose se subsume à l’infinitude des interactions de toute chose avec toute chose : le matérialisme conçoit le réel comme l’infinitude de sa finitude, comme la contingence des prolongations de la matière, par la matière, dans la matière. »
@Métamarx

Praxis critique ontologique VIII *

« Huitième thèse. Le mystère s’oppose au mystère, comme la raison s’oppose à l’irraison. Doivent être distinguées les nuances qui ornent le réel se refermant sur lui-même, s’éloignant de notre œil animal si peu enclin à observer sous les apparences. »
@Métamarx

Praxis critique ontologique VII *

« Septième thèse. La chose religieuse est une production sociale qui sert à imposer une tyrannie sur le corps. La religion doit être rapportée à cette idée matérielle de chose afin d’extraire de sa force sémantique l’éther asphyxiant de l’immanence, et afin d’y percevoir une mécanique matérielle issue des structures géographiques, biologiques et historiques qui conditionnent une société — mécanique n’ayant pour but que de marquer une influence directrice sur ces structures génératrices. »
@Métamarx

Praxis critique ontologique VI *

« Sixième thèse. Toute essence est une construction sociale de l’étant. Il n’existe pas une essence des choses, il existe une existence des choses, qui se module par ses interactions avec d’autres existences agitant le réel. »
@Métamarx

(La liste des échos.)