Transdialectique

#marteau

Le marteau parle *

« Ô toi mon lecteur, toi mon sang, quitte les labyrinthes modernes, rejoins-moi auprès de Silène, il est venu le temps de la foudre et de la guerre, il est venu le temps des fins et des recommencements. L’agone aura bien lieu, regarde, mon sang, regarde au loin la milice, le ciel s’assombrit, il est venu le temps des boucs et des boucliers, le temps d’Eschyle et de la chute, l’agone aura bien lieu avec le progrès lui-même, mon sang, nous trancherons et nous transpercerons, nous traverserons l’heure des progrès. »
@Nihilisme intraveineuse

Praeambulum II *

« « Mauvais œil » ou « mauvaise oreille », les questions sont cadencées par le marteau, il bat viscères et gonflement, il scande le son creux, formidable du putride — seul celui qui s’offre des oreilles derrière les oreilles entend l’incantation du vivant, — pour moi, antique psychologue à l’antique esprit, je joue de la flûte et je conduis les rats hors de la ville, je suis sorcier de la santé publique, la grande santé qui ne laisse aucun répit aux lâchetés qui se dissimulent dans nos villes saines et réservées… »
@Nihilisme intraveineuse

(La liste des échos.)